Nouvelles méthodes optique pour le vivant

Nous développons de nouvelles méthodes optiques pour diverses applications des sciences de la vie, en nous concentrant sur les processus cellulaires fondamentaux.

Ces méthodes comprennent :

  • le développement de nouveaux systèmes de microscopie tels que la microscopie électro-optique,
  • l'utilisation de microscopes à fluorescence originaux pour suivre la dynamique du transport intra-neuronal ou de la traduction eucaryote (page dédiée ici)
  • une nouvelle stratégie pour déplacer les nanoparticules avec la lumière,
  • le développement et la caractérisation de nouvelles nanosondes optiquement actives, certaines couplées à des nanostructures plasmoniques pour améliorer leur réponse.

Nos activités sont également liées à la recherche clinique par

  • le développement de nouvelles méthodes en optométrie, en étroite collaboration avec les industriels du domaine.

 


Cinétique de la traduction eucaryote

Setup cynétique Eucaryote

Personnel permanent : Karen Perronet, François Marquier
Nous étudions les mécanismes de traduction grâce à un système de microscopie de fluorescence TIRF en molécule unique qui permet de suivre la cinétique de ribosomes individuels. Nous pouvons ainsi quantifier la vitesse d’initiation et d’élongation de ribosomes eucaryotes.

 

Suivi de Nanoparticules haute cadence et haute définition

Setup DMD

personnel permanent : François Marquier, Karen Perronet
Notre objectif est de développer un dispositif de microscopie qui puisse adresser la mesure du transport intraneuronal en 3D, avec une résolution spatiale de moins de 20 nm, et à des résolutions temporelles inférieures à la milliseconde.

 

 

 

Nouvelles nanosondes optiquement actives et exaltation de leurs propriétés optiques

Nanosondes optiquement actives

Personnel permanent : Gaëlle Allard, François Marquier, Karen Perronet, François Treussart
Notre groupe s’intéresse à l’élaboration de nouveaux types de sondes pour la mesure de processus biologiques aux échelles moléculaires et nanométriques. Une partie de cette activité vise aussi l’amélioration des propriétés optiques de ces particules afin de les rendre plus efficaces. Des collaborations fortes avec des laboratoires de la région parisienne nous permettent d’accéder à de nombreuses plateformes de fabrication et de caractérisation.

 

 

 

 

 

Nouvelles méthodes en optométrie et en science de la vision

Optométrie

Personnel permanent : Richard Legras
Le groupe Optométrie et science de la vision s'intéresse à l'optique physiologique. L'un de ses sujets d’étude est la qualité de l'image rétinienne pour mieux comprendre les limites imposées par les contraintes optiques sur les performances visuelles dans diverses conditions. Nous utilisons un système d'optique adaptative pour moduler (corriger et/ou introduire) les aberrations monochromatiques de l'œil et mesurer les performances visuelles dans ces conditions d'aberrations. La simulation numérique de l'image rétinienne et des performances visuelles présentent un intérêt particulier. Nous nous concentrons également sur l'étude de l'effet de nouvelles méthodes de correction de l’amétropie  par des verres, des lentilles de contact, des lentilles intra-oculaires ou par la chirurgie réfractive. Nous travaillons également sur la prédiction de la profondeur de champ subjective et de l’évolution de l'acuité visuelle ou de la sensibilité aux contrastes pour plusieurs proximités de cibles, ainsi que sur l'adaptation aux aberrations monochromatiques.
L'imagerie de la rétine est également un sujet d'intérêt. Nous utilisons une caméra rétinienne couplée à une optique adaptative pour imager la rétine. Nous avons établi une base de données normative sur une population de sujets sains. Nous avons également étudié les effets de l'élongation axiale de l’œil sur la structure de la rétine.
Plus récemment, l'étude des fluctuations de l'accommodation est au cœur de nos préoccupations.

 

 

 

 

 

Nouvelles méthodes optique pour le vivant